sarclo et albert chinet

DATE & heure

Vendredi 22 mars à 20h30

(ouverture des portes à 19h)

RESTAURATION : OUI. Avant et après le concert. Plus d’infos sur la page « Resto & bar »

Albert Chinet rêve d’être orthodontiste mais ses parents veulent qu’il mène à bien une carrière musicale d’abord afin d’avoir un filet de sécurité. Afin de l’encourager dans cette voie, son père se produit avec lui de temps à autre et lui a confié la réalisation de plusieurs de ses derniers opus. Quand ils jouent ensemble, la chaleur qui rayonne des vieilles guitares et de leur franche camaraderie fait presque oublier qu’ils font ça pour l’argent.

Sarclo coule sa vie à l’image d’une chanson. Quand il vient sur la scène, bardé des vingt-sept cordes de ses quatre guitares, c’est pour y déballer ses cadeaux secrètement déguisés en chansons, méticuleusement articulées aux entournures, les deux pieds dans la boue du monde et des cailloux dans les cheveux.

Chaque chanson est comme une marionnette imaginaire qu’il manipulerait élégamment pour la rendre vivante. Je tiens toutes ces informations de la bouche même d’un de ses harmonicas. A chaque fois, déglingué proprement, raturé comme il faut, selon l’endroit ou le feeling du public, son groove chahute le dancefloor.

Sarclo est le seul artiste qui ait réussi à me chanter du Dylan sans que je m’en aperçoive, juste parce que les mots me parvenaient lisses et cabossés, dignes et pertinents, juste parce que tout semblait sortir de ses yeux par les mêmes chemins que quand il nous engueule… Christian Paccoud 

Retour en haut